fbpx
Blick Bassy @Kgomotso Neto

Blick Bassy fait retentir les voix de l’Afrique…

Dans le cadre de l’exposition Sur la route des chefferies du Cameroun, le musée du Quai Branly a donné carte blanche au chanteur, auteur-compositeur et écrivain camerounais Blick Bassy. Il signe notamment un spectacle en cinq volets intitulé Bikutsi 3000, un conte afro-futuriste et féministe, joué par une quarantaine d’artistes lors de trois représentations du 17 au 19 juin 2022. Dans la culture camerounaise, le Bikutsi est une musique destinée à soulager la souffrance chez les femmes du peuple Beti. Cette création montre justement comment le continent africain peut s’émanciper du colonialisme et de l’impérialisme grâce à la danse des femmes.



Un profond engagement
En 2016, Blick Bassy publie un premier roman Le Moabi cinéma dans lequel il raconte les épopées d’une jeunesse africaine sacrifiée et à la dérive. En 2019, il consacre son album 1958 à la mémoire de Ruben Um Nyobé, militant indépendantiste tué par l’armée française et à tous ses camarades morts pour la défense de la souveraineté du peuple camerounais. Aujourd’hui, alors qu’il collabore avec Malik Djoudi sur un nouvel album consacré à la thématique de l’eau, il présente un spectacle d’envergure au Musée du Quai Branly. « C’était l’occasion pour moi de concrétiser les différentes idées qui me passent par la tête. (…) J’ai de plus en plus l’intention de m’investir dans le cinéma pour participer à la création d’un récit national et à la prise de conscience de la richesse de notre écosystème », a-t-il confié au journal Le Monde.

©musée du quai Branly

Faire disparaitre le mauvais sort
Le spectacle est découpé en cinq tableaux qui représentent cinq pays du continent Africain : Cameroun, Namibie, Tanzanie, Togo et Rwanda-Burundi. Il reprend des moments forts de l’Histoire africaine, allant de 1885 (partage colonial) à 2050. La date de 2050 correspond à un calcul que Blick Bassy justifie en se référant aux lois de la confrérie mbog (qui signifie “hommes-panthères et législateurs“) qui indiquent qu’il faut cent-soixante-cinq ans pour qu’un mauvais sort disparaisse. Biktusi 3000 met en scène la reine de Nkolmesseng (Cameroun actuel) parvenant à libérer le continent africain, le Mintaba, grâce à une armée de femmes dont l’unique arme est la danse !

© Xavier Pierre / musée du quai Branly-Jacques-Chirac

Let’s Biktusi !
Dans cette épopée, les femmes sont conteuses, mais aussi prêtresses vaudous, reines, guerrières ou chanteusesBlick Bassy a confié la tâche de chorégraphier chacun des tableaux à quatre jeunes danseuses issues de la danse africaine et du du hip hop. Ce spectacle mêle également différentes disciplines artistiques telles que la vidéo, l’animation, le conte et la musique. « Ce sont les instruments qui ont manifesté leur envie de parler et je n’ai fait que suivre leurs signaux », a-t-il précisé lors d’une interview pour le média Culturez-vous. Pour l’occasion, il a justement utilisé des instruments appartenant aux fonds du musée du Quai Branly et est aussi allé puiser des images et des sons dans leur collection. Cette nouvelle passion pour l’image lui a donné envie de se lancer dans la réalisation de deux documentaires…

Ne manquez pas les représentations de Biktusi 3000, les 18 et 19 juin !




« Si j’invite à un retour d’urgence aux traditions, c’est dans le but de mieux appréhender la modernité », Blick Bassy


Jessica Baucher


* Crédit photo en tête d’article : Blick Bassy © Kgomotso Neto


* Pour aller plus loin :
interview de Blick Bassy autour des instruments sortis des réserves du musée du Quai Branly
– Blick Bassy dans l’émission La grande librairie à l’occasion de la sortie de son roman Le Moabi cinéma 

Retrouvez notre article sur l’exposition Sur la route des chefferies du Cameroun (jusqu’au 17 juillet 2022 au Musée du quai Branly, 37, quai Jacques-Chirac, 75007 Paris)

Partagez
No Comments

Post A Comment